RStudio : sa vie, son oeuvre, ses ressources

RStudio est un environnement de développement (IDE) conçu spécialement pour R, à ne pas confondre avec les interfaces graphiques (GUI) de type R commander qui proposent de travailler en cliquant et non en codant. C’est un logiciel récent – la première version date de 2011 – qui a progressivement transformé la façon d’utiliser R. De nombreux utilisateurs ont du mal à imaginer le travail sur R sans cet IDE. L’équipe de RStudio s’est étoffée au cours du temps en intégrant des poids lourds de la communauté R, Hadley Wickham en particulier.

Fonctionnalités de RStudio

RStudio se développe à un rythme soutenu, intégrant sans cesse de nouvelles fonctionnalités. Actuellement (version 98.1103), on peut souligner les fonctionnalités suivantes :

  • intégration du code et du texte (dynamic documents) avec knitr : documents de type RMarkdown ou RSweave. Le document dynamique permet de faire un document tout-en-un incluant des contenus textuels, des blocs de code, des résultats numériques et des résultats graphiques. Plusieurs formats sont possibles : HTML, pdf ou docx. Ces développements récents sont liés à l’arrivée de Yihui Xie, créateur du package knitr, dans l’équipe de RStudio.
  • développement et appel de fonctions écrites en C++ dans R.
  • ensemble de raccourcis claviers très utiles pour cliquer le moins possible. La liste des raccourcis s’affiche en tapant Alt + Shift + k, ces raccourcis ne sont pas personnalisables pour le moment.
  • l’autocomplétion des noms d’objets avec la touche Tab, qui s’affine au cours du temps.
  • ensemble de fonctionnalités pour se repérer dans le code, pour y naviguer, pour rechercher, remplacer, sourcer, etc.
  • création et gestion de projets (RProj) permettant de sauver et de récupérer à chaque session l’espace de travail corespondant au projet. La gestion des répertoires avec setwd() et getwd()n’est plus nécessaire lorsqu’on travaille avec un projet, le chemin (path) vers les fichiers commence là où se trouve le fichier RProj.
  • création de packages : RStudio inclut maintenant plusieurs aides à la création de packages. Lorsqu’on crée un fichier projet (RProj), il faut déclarer qu’il s’agit d’un projet de package.
  • intégration de Git dans l’interface RStudio, pour travailler en contrôle de version avec Git et GitHub. Justement, le logiciel RStudio a été développé de façon collaborative sur la plateforme GitHub.

Autres produits développés par l’équipe RStudio

Le premier produit de l’équipe RStudio est l’IDE du même nom (RStudio Desktop). D’autres produits et services existent maintenant, en particulier RStudio Server à installer sur un serveur pour profiter des capacités de calcul et de mémoire supérieures aux ordinateurs de bureau ; et plusieurs projets liés au package shiny pour la conception d’applications interactives avec R, HTML et JavaScript (shiny server et shinyapps.io).

Ressources pour l’apprentissage

Enfin, RStudio propose un ensemble de ressources pour l’apprentissage :

Le logiciel RStudio est-il indispensable pour les utilisateurs de R ?

Certains utilisateurs viennent à R avec d’autres pratiques et d’autres éditeurs de code. Certains éditeurs de code sont très intéressants pour qui sait en tirer parti : Emacs, Sublime Text ou VIM (à noter : RStudio dispose d’un mode VIM à configurer dans les options). Ces utilisateurs ne verront pas forcément d’intérêt à changer d’éditeur de code s’ils sont expérimentés sur un éditeur performant.

En revanche, utiliser R dans son interface par défaut (sur Windows et sur Mac, sur Linux il n’y a pas d’interface par défaut) est inadmissible dans le sens de la notion d’admissibilité statistique : cette interface est plus mauvaise en tous points que l’IDE RStudio.

Pour répondre à la question : non, RStudio n’est pas indispensable mais en revanche il est indispensable de cesser d’utiliser l’interface par défaut de R.


7 réflexions au sujet de « RStudio : sa vie, son oeuvre, ses ressources »

  1. Bonjour, je cherche à contacter des intervenants de la communauté francophone de R Studio pour une formation à l’université d’Aix-Marseille : la recherche sur le site de R Studio ne propose que des cours en anglais, aux Etats-Unis. Y-a-t-il des formateurs francophones qui pourraient donner un cours d’initiation à des doctorants en sociologie ? Merci d’avance !

    • Bonjour : pourquoi ne pas contacter les enseignants chercheurs en stats de cette université ? Sinon, il existe des boîtes françaises qui font de la formation sur R Studio. Je pense que ça doit être le cas de ThinkR, par exemple. Mais l’idée est que R Studio est avant tout un environnement pour utiliser R, il existe donc une multitude d’enseignants chercheurs capables de vous faire une introduction…

      Enfin, le gros danger est de raisonner outil : R est mon logiciel de prédilection, mais il faut bien comprendre que maîtrise run logiciel et ne pas avoir le bagage méthodo des méthodes stats sous-jacentes présente un risque de faire des bêtises !

  2. Ping : R pour les cartographes | Carnet (neo)cartographique

  3. Bonjour,
    Serait-ce possible de savoir pourquoi l’interface par défaut est statistiquement inadmissible ? Vous ne le justifiez pas, et c’est la première fois que je lis ça.
    Merci d’avance.

    • J’utilisais le terme « inadmissible » de façon métaphorique. Je veux dire que si on cherche à arbitrer en RStudio et Vim par exemple, on trouvera des raisons qui justifient l’usage de l’un ou de l’autre, selon les besoins et les connaissances de chacun. En revanche, si on cherche à arbitrer entre l’interface par défaut et RStudio, aucune raison ne justifie l’usage de l’interface par défaut : elle est plus mauvaise en tous points.

      • Merci de votre réponse.
        Par rapport à celle-ci, peut-être serait-il nécessaire de justifier votre assertion « elle est plus mauvaise en tous points », ceci afin de pouvoir comprendre votre point de vue.
        Mais cela ne répond toutefois pas à ma question. Pourriez-vous expliquer pourquoi « utiliser R dans son interface par défaut […] est inadmissible dans le sens de la notion d’admissibilité statistique » ? (Je ne fais que citer.)
        Merci.

        • Je ne peux parler à la place de l’auteur. Mais tout IDE apporte de la coloration syntaxique, la possibilité d’exécuter des portions de code sélectionnées, je crois que l’absence de ces fonctionnalités de base qui rendent la programmation plus facile est ce qu’on peut entendre par « plus mauvaise ». Mais c’est un point de vue, et pas une vérité totale. Certains pensent qu’au contraire tout avoir en tête et n’avoir pas recours à ces fonctionnalités ultra répandues est la marque du bon programmeur .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *